::: Vous êtes là : AccueilEcologie au quotidienAchats écologiques
   






Pour que l’écologie soit le maître mot d’un habitat, il faut veiller à ce que l’on achète


Ecologie rime avec économie, bien sûr ! La consommation écologique et citoyenne permet de réduire ses dépenses en achetant moins et mieux, même si les prix sont proportionnellement plus important, une quantité moindre suffit pour une même efficacité.




Les emballages

Il est indispensable de boycotter toutes les produits sur-emballées, c’est-à-dire emballées 2 fois ou avec un emballage inutile. Privilégiez ceux vendus au détail dans un simple sachet en papier kraft. Sinon, choisissez ceux vendus dans des conditionnements important pour limiter la quantité d’emballage. Vous pourrez ensuite transvaser vos denrées alimentaires dans des pots en verre que vous aurez consciencieusement gardé et vos produits d’entretien dans des flacons que vous aurez également récupéré ! Ne jetez pas ce qui peut encore servir !
Emportez toujours vos sacs en coton réutilisables ou vos panier en osiers. Demander au commerçants de ne pas vous donner de sacs en plastiques, mettez directement vos achats dans votre cabas. Les supermarchés ne proposent plus de sacs jetables mais les petits commerçants ne s’y mettent pas forcément. N’hésitez pas à les sensibiliser. De sacs jetables compostables existent, ils sont une bonne alternative s’ils ne se retrouvent pas accrocher dans les branches d’un arbre…

Un problème de santé plus que d’écologie : les boîtes de conserve. Elles doivent impérativement avoir un intérieur péliculé protecteur de façon à ce que les aliments ne soient pas en contact avec l’aluminium. Vérifiez bien les marques qui s’y astreingnent et boycottez les autres car les aliments contenu dans des boîtes non protégées contiennent de l’aluminium.



Les produits jetables

Halte à la consommation inutile de couverts jetables, de papier absorbant jetable, de mouchoirs en papier jetable, de lingettes jetables, de serviettes jetables etc… Il n’est pas difficile de :
se moucher dans de la flanelle en coton, de plus, ils ne tiendront pas beaucoup de place dans votre machine à laver.
d’absorber un liquide renversé par maladresse avec une éponge puis plutôt qu’avec du papier absorbant.
de nettoyer vos toilettes, éviers, lavabos… avec une éponge plutôt qu’une lingette jetable, d’autant plus qu’elles sont imprégnées de produits détergeant non biodégradables.
de nettoyer les fesses de vos enfants avec des carrés de tissus (coton, coton-éponge, microfibre) avec simplement un peu de savon plutôt que d’utiliser tant de lingettes jetables d’autant plus qu’elles contiennent des produits lavant non biodégradables et des produits synthétiques. Certains répondront que ces lingettes lavables nécessitent un consommation d’eau qui n’est pas nécessaire pour les jetables mais connaissent-ils la quantité d’eau qu’il faut pour les fabriquer et les acheminer vers leur point de vente ?

de s’essuyer à table avec des serviettes en coton.
de laver de la vaisselle.



Les lieux d’achat


Il est préférable de vous rendre le plus près possible de votre domicile afin de limiter la pollution engendrée par l’utilisation de véhicule motorisé et si cela est impossible, regroupez vos achats pour restreindre les trajets. Les achats par Internet sont utiles et participent à la réduction de la pollution atmosphérique. Reste le problème de l’emballage mais il peut lui aussi être recyclable ou compostable (carton, particule de calage en maïs, papier kraft).

Il est également important de privilégier les produits fabriqués localement et artisanalement et les fruits et légumes cultivés dans votre région.



Les produits d’entretien

L’une des causes d’intoxication due aux produits d’entretien non écologiques : les organochlorés. Ce sont des composants dérivés du chlore largement utilisé dans les produits ménagers, qui comprennent le DDT, les PCB, les dioxines, les conservateurs, les solvants…, qui reproduisent les mêmes effets que les oestrogènes. En trop grande quantité, ces hormones engendrent des menstruations précoces, des ménopauses tardives, des grossesses difficiles si ce n’est des infertilités et plus grave encore, le cancer du sein.

Les risques des produits lavant synthétiques sont aussi d’ordre allergique. De plus en plus de personnes souffrent d’allergies diverses aux agents chimiques utilisés dans les lessives, les assouplissants et autres produits non écologique. Les femmes enceintes, les personnes âgées et les enfants en bas âge sont encore plus sensibles. Notre organisme peut supporter un certain niveau de polluants mais passé cette dose, notre santé défaille. Il est indispensable, pour notre environnement mais aussi pour vous, de réduire significativement l’utilisation de produits chimiques en privilégiant les produits biodégradables, c’est-à-dire à base de tensio-actifs végétaux et sans ingrédients synthétiques tels parfum synthétique, conservateur synthétique… Outre l’achat de produits d’entretien écologique, vous devez aussi repenser votre façon d’entretenir votre intérieur. Le vinaigre blanc et le bicarbonate de soude sont indispensables dans le placard d’une ménagère écologique. Il sont biodégradables, non toxiques et très bon marché !

Le vinaigre blanc. Il nettoie, dégraisse, désodorise et surtout dissout les dépôts de calcaire. Pour l’utiliser avec facilité, vous pouvez le verser dans un flacon vaporisateur. Pur, dans les lavabo, baignoire, évier, il dissout le calcaire en quelques minutes voire quelques heures pour des dépôts épais. Dilué avec de l’eau ou de l’alcool, il nettoie parfaitement les vitres et les miroirs.

Le bicarbonate de soude, également nommé bicarbonate de sodium. Il décolle les tâches tenaces, il permet de récurer sans rayer, il est adoucissant, il neutralise les odeurs. Il ravive les couleurs des tapis et moquettes (laisser agir un heure en ayant saupoudré puis frotter à la brosse et secouez ou aspirez), il désodorise les poubelles (quelques grammes au fond avant de mettre le sac après l’avoir nettoyé), les réfrigérateurs (une coupelle au fond de celui-ci). Grâce à son pouvoir d’adoucissant, il peut être ajouté à dans les machines à laver pour lutter contre les dépôts de calcaire. Dissout dans l’eau, il permet de nettoyer efficacement les jouets des enfants, les planches à découpées souvent difficile à « ravoir »etc… Dissout dans le vinaigre, il lave le réfrigérateur, le four etc… Mélangé à de la cendre de bois (1 cc pour 1 tasse, soit 250 ml) il poli les bijoux, le cuivre etc… Il peut même servir à laver vos animaux domestiques !



Les produits cosmétiques

De plus en plus, les fabricants de produits de cosmétiques classiques innovent de crèmes contenant de nouvelles molécules issues de la chimie pour lutter contre les rides. Mais pourquoi lutter contre les rides ? Pourquoi tant de personnes, ont recours à la chirurgie esthétique ? Ce n’est plus du domaine féminin, de nombreux hommes s’y mettent aussi. Certes, se voir vieillir n’est pas forcement agréable mais tous se ressembler après être passés sous les bistouris des chirurgiens n’est pas mieux. Bien sur, se préserver et nourrir sa peau est important, très important même mais il est indispensable de savoir que la vie avance de 24 heures/jour et que rien ne retiendra le temps. Vouloir à tout prix paraître moins n’est que superficiel, l’important n’est-il pas d’être heureux ? La beauté physique n’est que le reflet de la santé intérieure, celle qui vient de votre alimentation et de votre train de vie. Du sport, modérément, inutile de se lancer à corps perdu dans un triathlon, de l’air frais et pur, boire suffisamment, de l’eau, dormir convenablement, manger sain… est un bon début ! Ensuite, il faut regarder les étiquettes des produits, de tous les produits pas seulement les cosmétiques !

Les principaux ingrédients de cosmétiques naturels sont à base de végétaux. Les huiles végétales, issues d’un processus biologique, favorisent les mécanismes vitaux de l’épiderme. Elles forment un film naturel, proche de la structure de la peau contrairement aux huiles issues de la pétrochime. Ces végétaux doivent être de bonne qualité, leur nature seule de ne suffit pas à en faire un produit de qualité optimum. L’Agriculture Biologique ou sauvage est indispensable pour certaines plantes. Outre le problème des résidus de pesticides ou engrais de synthèse, c’est la composition même de l’extrait végétal qui diffère. Une même plante issue de l’AB et une issue d’une production de masse n’ont pas la même quantité de composants. Cela est d’autant plus remarquable avec les Huiles Essentielles. Encore une fois, l’écologie et le naturel se recoupe ! Outre les extraits végétaux (huiles végétales, huiles essentielles, extraits de plantes) sont aussi utilisés des minéraux (argile, rhassoul, craie), des produits issues de la ruche (propolis, cire d’abeille) et provenant de la mer (algues, sel). L’essentiel dans la composition des produits de cosmétique est la transparence. Elle est maintenant rendue obligatoire par les législateurs. Il faut ensuite savoir décrypter ce latin. Un livre à succès commence ce travail et quelques sites permettent de s’y retrouver. Il faut savoir qu’un même ingrédient peut être issu du monde végétal ou de l’industrie. Un exemple : la glycérine. Il existe des conservateurs naturels et des parfums naturels. Leur simple mention ne signifie pas danger. Pas évident d’y voir clair mais pas impossible non plus, avec de l’habitude la tâche est plus aisée.



Les produits alimentaires


Une évidence : choisir le plus possible des produits non traités, issues de l’Agriculture Biologique. Faire le choix d’aliments Bio revient à associer la sauvegarde de la santé de notre planète et la notre. L’Agriculture Biologique est la seule à prôner un développement durable. Outre la non utilisation de pesticides et engrais de synthèse dans leur culture, les fruits et légumes biologiques sont plus riches en oligo-éléments et vitamines. Ils ne sont pas les plus beaux mais l’aspect n’est pas important sauf si l’on se moque d’absorber des additifs chimiques. L’Agriculture Biologique protège les espèces sauvages, préserve les réserves naturelles, proscrit tout additif alimentaire utilisé dans l’industrie alimentaire. Manger bio revient à manger sain car naturel. Les plats tous prêts du commerce regorgent de chimie : conservateurs, exhausseurs de goûts, colorants, arômes artificiels, émultifiants, stabilisants… Certe cuisiner prend du temps mais il faut du temps pour vivre. Etre en bonne santé passe nécessairement par une bonne alimentation. Il est indispensable de boycotter tous les produits contenant de la synthèse car c’est justement cette consommation simultanée d’additifs qui est extrêmement dangereuse. Le cas prouvé de l’hyperactivité lié à l’absorption de colorants n’est qu’un début. Bons nombres de troubles sont liés à cette déferlante de chimie dans notre assiette. Notre organisme est programmé pour éliminer les toxines mais lorsque il y a surdose, le foie sature et n’y parvient plus correctement d’où un risque de mutation cellulaire entraînant des maladies gravissimes comme les cancers.

Les produits Bio ne contiennent aucun Organisme Génétiquement Modifié. Pour fabriquer un OGM, il suffit d’isoler un gène qui produit une caractéristique spécifique d’un être vivant pour ensuite l’introduire dans une espèce qui ne la possède pas afin de, si l’on écoute les scientifiques, donner un aliment ou un être vivant presque parfait comme un soja qui résiste seul à un herbicide afin de pouvoir désherber le champs des mauvaises herbes sans que les plants de soja ne soient touchés. Oui mais, il y a un mais, bien sur, oui mais les agriculteurs emploient finalement autant voir plus d’herbicides que sans OGM. Ces nouvelles protéines sont accusées d’avoir produit une toxine très puissante qui, lors de l’ingestion humaine, a tué une quarantaine de personnes et provoqué une maladie incurable chez plus d’un millier d’autres individus aux Etats-Unis. Le problème majeur de ses OGM sur l’environnement c’est la totale imprévisibilité des réactions d’autres organismes qui se retrouve croisées avec ces OGM. Rien n’est alors maîtrisable, la nature continuant sa « vie » avec ces nouveaux gènes. Ces OGM contiennent un gène résistant aux antibiotiques et si cette fonction est transmise à l’homme par l’alimentation transgénique, qu’en sera-t-il ?

L’irradiation des aliments est également proscrite des aliments Biologiques. L’irradiation consiste à exposer des aliments à des rayonnements ionisant afin de tuer les parasites et augmenter la conservation. Ceci modifie la structure des aliments en créant des produits de radiolyse. Les enzymes sont détruites et les vitamines ne résistent que très mal à de tels traitements dont on ne connaît rien à leur répercussion sur notre santé. Des aliments sains, récoltés à bonne maturité et commercialisés sans tarder n’ont pas besoin de ces traitement qui détruisent, rappelons le, ce qui fait que l’on consomme ces produits : plus d’enzymes d’où une mauvaise digestion, plus de vitamines…



Les animaux domestiques

Il est préférable de ne pas donner de boîtes à vos chien et chat. D’une part, cela fait beaucoup de déchets, les emballages de croquettes sont plus petites puisqu’elles peuvent même être conditionnées en gros paquet. Prévoyez de transvaser des croquettes dans une boîte hermétique assez grande. Ne vous servez pas directement dans le sachet chaque jour car les croquettes perdraient plus rapidement de leur qualité nutritionnelles et gustatives. Vous pouvez ainsi privilégier un plus gros conditionnement en veillant à bien refermer le sachet entre chaque rechargement. D’autre part, les croquettes, d’un point de vue vétérinaires, sont plus saines pour vos animaux : elles ne contiennent pas d’eau, sont donc plus économique car s’il en reste, elles peuvent se conserver et sont plus digestes. Le fait de macher les croquettes permet également à votre chien d’empécher la formation de tartre sur ses dents.

Pour se débarrasser efficacement et surtout naturellement des puces et des tiques de nos chers animaux de compagnie, il est bon de disposer dans leur habitat, là où ils dorment, des aiguilles de pin, des graines de fenouil, du romarin et/ou des fleurs de camomille après avoir passer l’aspirateur dans tous les coins et recoins. Pensez aussi à laver l’aspirateur. Pour les tapis et moquette, mélangez de l’eau (2/3) et du vinaigre blanc (1/3) dans lesquels vous mélangerez quelques gouttes d’huile essentielle de tea tree. Un bon bain quotidien débarrassera aussi ces nuisibles si vous le rincez avec une infusion d’eucalyptus ou de menthe.

Vous pouvez aussi concocter un spray anti-puces :
100 ml de vinaigre de cidre
100 ml d’eau florale d’hamamélis
10 gtt d’HE de citronelle ou de fenouil
10 gtt d’HE de romarin ou de lavande
10 gtt d’HE d’eucalyptus radiata

Les tiques doivent être retirées avec une pince à épiler en prenant garde de ne pas y laisser la tête. Désinfecter ensuite avec un peu d’HE de lavande ou de tea tree. Vous pouvez trouver che votre vétérinaire une pince spéciale. Si votre jardin est infesté de tiques, il est alors préférable de lui mettre un collier spécial mais en dernier recours car ils sont très chimiques...

Un régime à base d’ail parait être une bonne solution contre les tiques et les puces, à incorporer écrasé dans son alimentation.

Pour brosser les dents de votre toutou, prenez une brosse à dent neuve, rien que pour lui, les veilles sont mauvaises pour nous donc aussi pour eux, et trempez là dans un mélange d’eau et de bicarbonate de sodium et, si cela ne le dérange pas, une feuille de menthe mixée ou quelques grains d’anis mixés.



Les ustensiles de cuisson
(où l’« achat écologique » rejoint l’« achat santé »)


Le leader mondial des ustensiles de cuisine en Teflon, DuPont de Nemours, est de nouveau convoqué devant une cour de justice américaine. Selon de récentes études menées par l’Agence pour la protection de l’environnement (l’AFSSE américaine), le Teflon, célèbre revêtement anti-adhérent pour poêles et plats, est cancérigène, non biodégradable et se retrouve dans le sang de 90% des utilisateurs.

Les cuissons saines :
Les ustensiles en fonte : poêles, wok, marmites ou cocotes sont conseillés sans restriction (lorsqu’ils ne contiennent pas d’aluminium). Le fer est un élément chimique dont le corps a besoin. Même si d’infimes résidus de sels se retrouvent dans l’alimentation, ils ne sont aucunement toxiques.
L’inox contient du nickel et du chrome, deux métaux toxiques qui, au contact de substances acides (citron, sauce tomate, etc), peuvent passer dans l’alimentation, mais l’inox 18/10 est stabilisé. Veillez bien à vérifier cette mention avant vos achats de casseroles. Bine entendu, évitez les 18/10 revêtus de Teflon…
Les plats à gratin en céramiques, de bonne qualité, ne libèrent rien de toxique à la chaleur ou au contact d’aliments acides.
Les casseroles en Pyrex peuvent contenir quelques particules de plomb. Mais emprisonnées dans la masse de verre, elles sont indélogeables. Les casseroles ou plats en verre sont des ustensiles sains et fiables.
La cuisine à la pierrade ne présente aucun risque tant que les aliments ne sont pas brûlés.
La cuisson à la vapeur, la vraie vapeur non les autocuiseurs qui cuisent à trop hautes température où toutes les vitamines disparaissent. La cuisson à la vapeur, non sous pression, semble être l’une des meilleures pour des légumes, le poisson et certaines céréales en conservant le maximum de propriétés nutritives à tous les aliments qui restent intacts.

Reste le problème du papier aluminium qui jouit d’une mauvaise réputation parmi les diététiciens, du fait que la couche d’alumine recouvrant et protégeant en permanence l’aluminium peut, à la cuisson, produire de petites quantité de gel d’alumine, une substance faiblement toxique – mais toxique tout de même - pour les reins. Préférez donc du papier sulfurisé pour vos papillotes surtout en milieu acide (citron, tomate etc…) mais n’en abusez pas. Sinon, utilisez de petits plats munis de couvercles dans lequel les aliments cuiront comme emprisonnés dans une papillote.


Précautions d’emploi des Huiles Essentielles

cs : cuillère à soupe (1 cs = 15 ml) ; cc : cuillère à café (1 cc = 4 ml) ; gtt : goutte ; HE : huile essentielle ; HV : huile végétale ; EPP : extrait de pépin de pamplemousse



Attention : Les conseils, informations, recommandations, propriétés, indications, posologies, précautions d’emploi etc... ne sont fournis qu’à titre informatif. Nos conseils ne peuvent pas se substituer à l’avis de votre médecin. En aucun cas, les informations données sur Terre d’Olina ne constituent une prescription. Seul votre médecin peut vous poser un diagnostic précis et vous recommander l’utilisation d’un produit. Si tel n’est pas le cas, ne ne saurions être tenus pour responsables d’une prise inadaptée de produits ici proposés.

Toutes les informations et recettes de ce site appartiennent à Terre d’Olina et sont protégées par le droit intellectuel. Vous ne pouvez et ne devez en aucun cas copier tout ou partie de ces documents. Même une partie copiée et collée sur un autre site en mentionnant la source est interdite. Seuls les liens sont autorisés et ce, sans demande préalable.

::: 18 12 2018 : 18 58 56

Nombre de visites à ce jour :